Inox Park 2012 [Review]

Posté le 11/09/2012 par Equipe SOT.fr

inox 2012

Préambule

Depuis maintenant 3 ans, le mois de septembre n’est plus seulement le mois de la rentrée scolaire, de la reprise du boulot et de la fin des vacances.
C’est également le mois de  l’INOX Park Festival qui se tient sur l’Ile des Impressionnistes (Chatou) juste à côté de Paris.
Dernier né des festivals EDM (Electronic Dance Music) français, il dispose d’une petite journée pour vous faire oublier que l’été (et ses festivals qui vont avec) sont bel et bien terminés et que ce sera votre dernière livraison de gros son avant les longs mois d’hiver…

Nous étions forcément de la partie, et voici nos impressions.

inox 2012

Jamais 2 sans 3

Comme tous les festivals, lors des premières années, il faut essuyer les plâtres. L’INOX n’a pas échappé à la règle avec quelques problèmes d’organisation en dépit d’une line up toujours de qualité. Et, si on fait le bilan cette année, on peut dire qu’il a tiré les leçons de ses erreurs passées.

L’édition 2012 a brillé par son organisation rodée et ses qualités logistiques. Les problèmes de queue à l’entrée, les heures d’attentes aux bars ne sont désormais qu’un mauvais souvenir ! Tout est resté relativement fluide, même les stands nourriture à l’heure de pointe ! Tout le monde a donc pu se concentrer sur l’essentiel : les artistes et la Musique!

On notera cependant une malchance certaine qui s’est abattue à plusieurs reprises coté line-up sur cette édition 2012:

  • Le vol du passeport de Tommy Trash, remplacé au pied levé par Beataucue
  • Le retard de l’avion d’Hardwell, l’empêchant lui aussi d’être présent

Ce sont des aléas logistique qu’on ne peut ni maîtriser ni prévoir et le chamboulement de line-up a du coup créé un petit couac logistique pour le démarrage du set d’Armin. Pour ceux qui n’étaient pas présents, Armin a mixé depuis une « deck » différente obligeant les organisateurs à débarrasser la précédente et refaire les branchements à chaud causant 5 minutes de battement.

Comme nous sommes pointilleux, il reste également selon nous encore un ou deux petits détails à affiner pour les années suivantes. Plus de WC auraient été nécessaires, ou alors,  la société en charge aurait du intervenir pour les vider durant l’event. On remarquera aussi un manque cruel de bouteilles d’eau dans certains bars, peut-être n’avait-on pas prévu une chaleur à nouveau écrasante pour cette édition ? Devoir se replier sur la bière pour palier la soif, ce n’était pas dérangeant mais certes « saoulant » !

inox 2012

Coté Line-up

D’un point de vue de la line up, l’INOX a encore tapé très fort avec quasiment aucun DJs Francais.
Il ne faut surtout pas croire que ceux-ci sont moins bons, il faut plutôt y voir une  bonne occasion de découvrir plus de talents internationaux et une possibilité de pouvoir se mettre de nouveaux sons/influences dans les oreilles.
Plein de petits nouveaux étaient là (Zedd, R3hab, Laidback Luke…) mais également 2 vieux habitués (Joachim Garraud, Aoki). N’oublions pas la cerise sur le gâteau, Armin Van Buuren est venu mixer en France pour la deuxième fois à l’occasion d’un Festival. Cette année, celui-ci était venu pour un vrai show (A 10 000 lieues de ses précédents passages occasionnels en boite de nuit bondée et sous-équipée pour ce genre de musique).
Les connaisseurs étaient au rendez-vous et la communauté Trance le lui a bien rendu à priori.
Le seul petit regret en tant qu’évangélisateur de la Trance en France, provient du fait que Joachim Garraud s’était programmé en même temps qu’Armin, ce qui a bien dilué le public sur la grand scène: On peut même vous dire que la scène était à moitié vide sur Armin. Dommage de ne pas avoir pu faire découvrir la Trance à plus de personnes simultanément :(

inox 2012

Une qualité sonore à la hauteur

Juste quelques lignes sur la qualité du son, puisque cela semble être un épineux problème sur le sol Français.
Toutes les précautions avaient été prises par les organisateurs : distributions de boules Quies, relevés au sonomètre durant l’évent, et une sensible baisse de son en début de soirée.
On notera que le son était vraiment clair et précis, mais certes peut être à des volumes inégaux selon les scènes.
La Yellow Stage semblait tapper moins fort que la Blue par exemple, peut-être était-ce une impression subjective…
On s’accorde cependant à dire que l’ensemble était très qualitatif, n’en déplaise aux détracteurs, et aux voisins !

inox 2012

Animations et univers visuel

Cette année encore, nous avons trouvé que l’Inox se cherchait une identité visuelle.
Les mains ont cette fois disparues, et ont été remplacées par des éléments de décorations plus volatiles (Nuages, Soucoupe volante, guirlande de ballon…). Les stages sont restés assez classiques cette année, pas de réelle identité de couleur mais le budget a certainement été absorbé dans les dispositifs LEDS en quantité démesurée cette année.

Le seul regret que nous ayons ressentis concerne plus la partie « entertainment ».
On aurait aimé voir des canons de fumée, des confettis ou d’autres animations durant les Sets. Côté pyrotechnie, compte tenu de la chaleur, jets de flammes et autres n’étaient pas désirables bien heureusement. Côté Feu d’artifice, il semble que la Blue stage y ait eu droit en fin de soirée mais le public d’Armin s’est alors senti un peu lésé. Les performers étaient encore là cette année, mais peut-être ne sont-il plus vraiment nécessaires (notre avis n’engage que nous).

Nous avons une mention spéciale cette année pour 3 grandes idées : le dessoiffeur (un vendeur ambulant qui passe dans la foule pour reservir les verres), les bâtons lumineux distribués dans la foule, et un stand de fruit frais dont le nom n’était sans rappeler le célèbre « Fruit-ninja » !

inox 2012

Pour conclure

Cette troisième édition de l’INOX Park nous a, cette année encore, bien heureusement surpris.
Le festival poursuit son ascension au fil des années et confirme notre crainte de l’an passé: Il va falloir faire de la place dans notre budget et dans le planning festivals pour suivre de très prés cette jolie aventure.
Les organisateurs ont  toutes les clefs en main pour faire grandir l’ INOX et espérer une reconnaissance durable en tant que « plus gros festival EDM Français ». On peut même espérer que le rayonnement européen ne cesse de s’amplifier (à en juger déjà par les nationalités des gens autour de nous cette année).

Photos

Voici toutes nos photos de cette édition 2012 afin d’illustrer notre review:

Tags: , , , , , , , , ,



2 réactions à Inox Park 2012 [Review]

  1. alx2907 says:

    Petite remarque personnelle au niveau du son, j’ai trouvé le son du Blue Stage vraiment fort avec des aigus totalement saturés, notamment au passage de Aoki (qualité de compression des track ?!). Le son sur le Yellow Stage était beaucoup mieux mais avec un léger manque de basses. Et pourquoi pas ne pas troquer le budget danseurs pour un budget laser ?

    Sinon que dire des sets !! Laidback Luke et Armin Van Buuren en très grande forme ce jour là, c’était explosif !! Par contre vraiment déçu de l’absence de Hardwell et Tommy Trash….

  2. alx2907 says:

    Désolé du double poste mais au passage j’en profite pour vous faire partager la vidéo de l’arrivé de d’Armin Van Buuren pour ceux que ça intéresse, d’autres viendront certainement :
    http://www.youtube.com/watch?v=0zIGyttc_O0

Laisser un commentaire

Back to Top ↑